Archives de Catégorie: AGIR

Actions en Béarn et sur la ZAD

Arbus: un pépin sur la route!

plantation du 02 mars 2014.

pépin versoEn réaction au gel des terres, et en prévision des possibles travaux sur ces terres gelées par le Conseil Général (pour faire l’hypothétique route départementale « pau-oloron »)

le comité d’arbus soutenu par les assos code béarn et contre-feu a décidé de réagir physiquement:

Nous nous réapproprierons quelques parcelles de terrain que nous avons jugées stratégiques et dont les propriétaires individuels et communaux nous sont favorables.

Nous avons eu un bon accueil partout où nous avons demandé.

Voici en gros ce que l’on pourrait appeler une ZAD !

Sur ces terrains nous allons planter des pommiers qui nous donneront une récolte tardive, car nous avons prévu chaque fin d’année de faire une fête lors de la récolte,

et de transformer les pommes pour la lutte ! Tout est à imaginer  ensemble !! Un seul lieu de plantation sera festif et médiatisé,

les autres seront plantés mais uniquement signalés par une banderole (du fait de la dangerosité des lieux pour y amener une foule de personnes : la D2 est encore plus dangereuse que la RN134 !! mais ….chut !! silence !)

Pour ces plantations nous invitons toutes les assos, groupes de personne, individus à venir nous rejoindre dans notre lutte !!

Ces personnes, assos sont invitées à participer financièrement  mais aussi à venir nombreux ce jour-là :

Et c’est important et vital que nous soyons le plus possible le jour de la plantation !!

Marc et Mireille, pour le collectif « un pépin sur la route »

pépin recto

Publicités

Poster un commentaire

Classé dans Actualité, AGIR

Manif le 22 février à Nantes: on y va!

Le 22 février la manif qui se prépare à Nantes sera sans doute décisive. Vous le savez, le projet avance à grands coups de pelle mécanique et médiatique, et les autorisations sont données. Plus encore que l’an dernier et en 2012 il est important que nous y soyions le plus nombreux possible, pour montrer notre opposition à cet emblème de la démesure, de la fuite en avant, de la mégalomanie, de l’aveuglement concernant notre avenir commun, et tout le reste.

Comme l’organisation de ce genre de voyage est d’habitude toujours incertaine 2 jours avant la date, on va s’y prendre cette fois à l’avance et lancer un appel à répondre très très vite à la simple question suivante:

Le 22 février, serez vous du voyage?

Qu’on loue un bus (peu probable) ou plusieurs véhicules 9 places, on a besoin d’avoir des engagements le plus tôt possible, pour nous organiser mais aussi pour dire aux copains de là-haut qui résistent toujours dans la boue et le froid qu’on sera nombreux avec eux.
On partira sans doute le samedi matin tôt, et retour le samedi soir (sauf éventuellement si festivités prévues le samedi soir, mais ça n’a pas l’air d’être prévu, bref, faut voir!).

Merci de répondre très vite à soutiennddlbearn@gmail.com avec les renseignements suivants:
Nom, prénom, ville, tel, mail, nombre de personnes avec vous, et précisions vous concernant (contraintes…)
On vous recontactera début février.

Ci dessous l’appel « officiel »:

L’Etat et les pro-aéroports menacent de passer de nouveau en force. Ils prétendent débuter, dans les mois qui viennent, la destruction des espèces protégées et les chantiers de l’aéroport. Une nouvelle vague d’expulsion pourrait survenir. Nous ne les laisserons pas faire ! Les travaux ne commenceront pas ! Sur place, le mouvement est plus vivant encore qu’à l’automne 2012, les liens plus denses, les champs plus cultivés et les habitats plus nombreux… Au delà, plus de 200 comités locaux se sont créés, en solidarité avec la lutte et pour la faire essaimer par chez eux.

Nous appelons toutes les forces anti-aéroport à se joindre à la manifestation du 22 février à Nantes pour leur montrer qu’il n’est pas question qu’ils touchent au bocage.

2014-02-22_manif_affiches-25485

Poster un commentaire

Classé dans Actualité, AGIR

Notre Dame des Landes: début des travaux pour 2014? Une pétition à signer très vite!

Le communiqué ci dessous est celui de FNE, qui résume bien la situation. Le mode d’emploi pour signer la pétition est sous le communiqué.

Le préfet de Loire-Atlantique a annoncé ce lundi 16 décembre qu’il s’apprête à accorder aux porteurs de projet les autorisations rendues nécessaires au titre de la « loi sur l’eau ». Les autorisations « espèces protégées » suivront quelques semaines plus tard. Au vu de la non-conformité manifeste des dossiers sur ces aspects, l’État va porter un coup très sérieux au droit de l’environnement, ce que nos associations ne pourront pas accepter. Nous contesterons en justice ces autorisations.

Une méthode de compensation environnementale invalidée

La réalisation du projet suppose la destruction de plus de 1200 hectares de zones humides, secteurs écologiquement très sensibles. Pour procéder à leur destruction, les porteurs de projet doivent démontrer qu’ils ont les moyens de compenser ces atteintes.

L’État avait à l’automne 2012 nommé un collège d’experts scientifiques chargés de valider la méthode de compensation proposée : en avril 2013, les experts ont invalidé cette méthode, soulignant son incompatibilité avec la législation applicable. Les autorisations « loi sur l’eau » seront donc accordées en dépit de cette invalidation, qui n’a aucunement été levée par les experts. « Le Ministre de l’Écologie n’a d’ailleurs pas répondu à notre demande visant à soumettre de nouveau le dossier aux experts » rappelle Yves Lepage, président de FNE Pays de la Loire.

Des inventaires naturalistes à refaire entièrement

Plusieurs centaines d’espèces protégées différentes devraient être détruites lors des travaux de construction de l’aéroport. De la même manière, cette destruction devrait légalement, s’il était démontré qu’elle est inévitable, donner lieu à une compensation.

Pour y procéder, les porteurs de projet doivent en premier lieu avoir réalisé un état des lieux complet de l’environnement du site. Or, le Conseil National de Protection de la Nature a alerté en avril 2013 les porteurs de projet sur le fait que les inventaires initiaux étaient très incomplets et devaient être complétés pendant une période d’au moins deux ans. Ceci ne pourra évidemment pas être fait d’ici quelques semaines. Hervé Le Strat, vice-président de Bretagne Vivante, explique : « C’est un passage en force d’autant plus inacceptable que plusieurs espèces « oubliées » ont été identifiées par les Naturalistes en Lutte sur le terrain. Le constat et la prise en compte de ces espèces dans le dossier est une formalité incontournable. En tout état de cause, les transferts d’espèces protégées et d’habitats ne permettront pas de sauvegarder ni de reproduire à l’identique les milieux avec toutes leurs fonctionnalités ».

L’État se met hors la loi

L’État a décidé sur ce dossier de passer en force et d’imposer ce projet anachronique par tous les moyens. Pour Michel Dubromel, pilote du réseau Transports de FNE, « toute atteinte aux milieux naturels est empêchée légalement par l’existence d’une alternative : le réaménagement de l’aéroport existant de Nantes-Atlantique, reconnu possible par les derniers travaux de la Direction Générale de l’Aviation Civile (DGAC). Pour peu que l’on prenne des hypothèses de travail similaires, on s’apercevra d’ailleurs que ce réaménagement sera moins couteux que la construction d’un nouvel aéroport ».

Les autorisations qui vont être accordées de façon imminente seront nécessairement annulées par les tribunaux, que nos associations saisiront dans les semaines qui viennent. Il est à craindre que l’État et la société AGO ne commencent très prochainement des travaux qui auront un impact irréversible sur les milieux. Ce faisant, l’État s’enfoncerait encore davantage dans l’illégalité.

 

COMMENT AGIR ?

sur le site

La cyber @ction est signable en ligne
http://www.cyberacteurs.org/cyberactions/sauvons-landes-dame-712.html

par copier-coller

 C’EST FACILE : A VOUS DE SUIVRE LES 6 ETAPES SUIVANTES :
1- Copiez LE TEXTE À ENVOYER ci-dessous entre les ############
2- Ouvrez un nouveau message et collez le texte
3- Signez le : prénom, nom, adresse, ville
4- Rajouter l’objet de votre  choix :  carton rouge !
5- Adressez votre message aux  adresses suivantes :
cyberacteurs@wanadoo.fr
premier-ministre@cab.pm.gouv.fr

Cliquer ici :<mailto:cyberacteurs@wanadoo.fr,premier-ministre@cab.pm.gouv.fr>

ou ici selon votre logiciel de messagerie
<mailto:cyberacteurs@wanadoo.fr;premier-ministre@cab.pm.gouv.fr>

Vérifiez que les 2 adresses apparaissent bien

6- Envoyez le message

Par cette action, vous ferez connaître votre opinion au Premier Ministre et à Cyber @cteurs pour nous permettre d’évaluer l’impact de cette action.

############

Prénom NOM
adresse
code postal commune :

Monsieur le Premier Ministre,

Laisser passer Notre-Dame-des-Landes, 
c’est laisser passer l’idée que notre avenir puisse être celui du développement durable.
c’est faire passer l’idée terrible que l’écologie ne sert à rien sauf à des beaux discours. 
c’est faire une croix sur la transition écologique et énergétique de ce pays.

A la veille d’échéances électorales importantes, nous vous demandons de ne pas signer les arrêtés de destruction 
et d’arrêter les convois de police et de pelleteuses !

Veuillez croire en ma vigilance sur ce dossier.

############

Poster un commentaire

Classé dans Actualité, AGIR, communiqués associatifs et politiques

Consultation du public sur la destruction d’espèces protégées: participez!

Tout porte à croire que les autorités ont décidé d’accélérer le mouvement pour pouvoir déménager les espèces protégées cet hiver ; un retard d’un an est déjà réel et elles n’imaginent sans doute pas perdre une année supplémentaire.
L’arrêté d’autorisation de destruction des espèces protégées (voir ici) devrait être pris début novembre et l’arrêté « Loi sur l’Eau » devrait suivre ; actuellement, les notifications d’expulsion et d’expropriation vont bon train :
  • Mardi 15 octobre :
    • passage d’un huissier à Bellevue (2ème série d’occupants) pour signifier le rendu de jugement ce qui signifie expulsion immédiate possible ; Rappelons que pour la première série d’occupants, le délibéré de l’appel sera rendu à Rennes le 22octobre.
    • passage d’un huissier à la Châtaigne et à la Gaîté : expulsion immédiate possible pour les cabanes
  • Jeudi 17 octobre :
    • un avis de passage du juge des expropriations pour l’ensemble du programme viaire (programme de rétablissement des départementales coupées) a été notifié pour le 5 novembre ; les jugements d’expropriation suivront dès le lendemain, ce qui confirme la volonté d’accélération car jusqu’à présent un délai de 8 à 15 jours était laissé
    • les occupants du Moulin de Rohanne ont été convoqués pour un jugement en expulsion ; le jugement est reporté au 21 novembre
Concernant l’ordonnance d’interdiction de semis de céréales (pendant 3 mois et sur toute la ZAD) attaquée par l’ADECA, le tribunal de Saint Nazaire a mis le jugement en délibéré au 22 octobre et celui de Nantes au 21 novembre
Enfin, comme nous nous y attendions (lire ici), le Conseil d ‘Etat a validé la DUP. (cf article du Télégramme)
 Il semble bien aussi que la zone devrait être vidée de ses récents occupants cette fin d’année, les plus anciens étant toujours protégés par l’accord politique obtenu par la grève de la faim en mai 2012. Préparons-nous donc à devoir nous mobiliser sur le terrain et ailleurs au cours des semaines à venir ! L’appel de Michel Tarin est plus que jamais d’actualité.
Participez à la consultation!

Le dossier de destruction et déplacement des espèces protégées dans le cadre de la création d’un aéroport à Notre-Dame-des-Landes a été mis en ligne lundi 7 octobre sur le site internet de la préfecture de la Loire-Atlantique.

Cette mise  consiste à consulter le public sur les dossiers de dérogation (rédigé par le Bureau d’étude Biotope et la DREAL Pays de la Loire), conformément à l’ordonnance du 5 août 2013 relative à  l’œuvre du principe de participation du public. Cette consultation publique précède la prise d’un arrêté autorisant la destruction des espèces protégées de la ZAD et donc l’envoi des bulldozers dès cet automne.
Or, la possibilité de consultation et d’expression du public est limitée à trois semaines (jusqu’au 28 octobre), ce qui est proprement scandaleux compte-tenu de l’envergure du dit dossier et ses quelques 2000 pages.
C’est pourquoi il est important de déposer un avis et au moins de demander une prolongation de la consultation.
Il est fondamental de mentionner qu’au vu de la superficie et de la richesse exceptionnelle du bocage et du saucissonnage des mesures compensatoires, il n’y a pas de compensation possible.
Vous pouvez aussi citer les conclusions du Conseil National de Protection de la Nature (CNPN) visibles sur le blog des Naturalistes en lutte.

Pour déposer votre avis

http://www.loire-atlantique.equipement-agriculture.gouv.fr/Enquetes/Participation-du-public-sur-la-derogation-au-titre-des-especes-protegees-Aeroport-du-grand-Ouest-et-sa-desserte-routiere

1 commentaire

Classé dans Actualité, AGIR

CR de la réunion inter comités à NDdL le 12 mai.

Bonjour à toutes et à tous

J’ai participé à la 1ère moitié de la réu inter-comités locaux qui c’est tenue dimanche à La Paquelaie (mon covoit décollait à 12H30).

Point sur la lutte sur la ZAD et autour :

L’événement « Sèmes ta Zad » en avril a été l’occasion de réflexions sur l’utilisation des terres agricoles pour l’après victoire et a permis le démarrage de projets agricoles concrets, notamment en maraichage.

L’occupation militaire de la ZAD c’est terminée en avril après quelques altercations Zadistes/militaires dans les jours qui ont suivit « Sèmes ta Zad ». Les militaires sont pourtant toujours présents, dans les hôtels des patelins autour. Leur recul change l’ambiance sur la ZAD. D’une part les déplacements sont plus faciles et d’autre part des tensions, jusque là latentes du fait que les groupes était séparés par les militaires et avaient donc peu de contact entre eux, peuvent s’exprimer maintenant. Les croisements de la Zad sont devenus des places de village ou les discussions sont nombreuses. Le replis des militaires est donc peut-être plus un changement de stratégie qu’un affaiblissement des pro-aéroports.

Pendant l’hiver plein de cabanes ont été construites et plus personnes ne connait leur nombre, qui doit être entre 200 et 400. Certaines sont des lieux collectifs très vivants.

Le lieu La Chataigne, très actif il y a quelques mois et pourvu de nombreuses cabanes, est peu actif et peu habité actuellement. Il y a donc de la place pour ceux qui veulent y passer quelques jours ou quelques mois.

Idem pour la ferme Bellevue, reprise par le collectif COPAIN (ACIPA, Conf, Civam, etc) dès le départ du fermier qui a accepté l’expropriation. Quelques jeunes se sont installé et du matériel et des animaux ont été donné par les paysans des alentours. Il y a plus de 110 ha a faire vivre, donc les bonnes volontés sont bienvenues là aussi.

Il y a toujours une manifestation à Nantes tous les derniers samedi du mois.

Coté juridique, la lutte est très active et porteuse de bonnes nouvelles. Un collectif de juristes travaille sur de multiples dossiers. Il y a encore 15 recours en cours contre les expulsions, dont 4 gagnables, l’objectif est de gagner du temps, on peu tabler actuellement sur 24 à 36 mois de répis. La demande d’abrogation de la DUP (déclaration d’utilité publique) avance. Un recours auprès de l’UE est bien engagé car le gouvernement français a violé plusieurs lois relative à l’écologie, notamment concernant l’eau et la préservation des zones humides. Vinci est mal parti sur le volet écologique de cette affaire et les magistrats accueillent favorablement les recours car le fait d’être contourné par les politiques les énerve.

Discussion avec les comités du sud-ouest :

Le slogan « Contre l’aéroport et son monde » revient souvent. Dans beaucoup d’endroit, l’ajout de « et son monde » fait débat voire amène à un véritable clivage comme chez nous avec l’association CODE Béarn qui à refusé en AG la création d’une commission GPII sensée réfléchir à cet aspect du problème. Ceux qui veulent minimiser voire occulter le « et son monde » sont souvent aux commandes des associations et collectifs, ceux qui veulent mettre en avant cet aspect sont plutôt des électrons libres ou des groupes moins organisés, ce qui ne veut pas dire qu’ils sont moins nombreux.

D’autres ZAD se créées (ou essaient) à d’autres endroits (Toulouse, Nice) sur des lieux menacés par d’autres GPII.

Outils inter-comités et actions à mener :

Les 2 listes de discussions (ACIPA et ZAD) vont être regroupées en une seule. Il serait bon qu’une personne du collectif Béarn soit inscrit sur cette nouvelle liste.

Des actions décentralisées et coordonnées ont eu lieu (péage gratuit) et d’autres vont suivre.

Prochaine action nationale : les 3 et 4 aout sur la ZAD de NDDL.

Les comités locaux doivent se tenir prêt en cas d’intervention surprise des militaires, néanmoins peu probable actuellement.

1 commentaire

Classé dans AGIR, Témoignages

La journée du 11 mai vue par un béarnais…

Départ de Pau à minuit, après avoir retrouvé le bus de St Gaudens via Tarbes. Dans les soutes, quelques vélos, on ne sait jamais, connaissant l’étendue de la ZAD et la longueur de la chaîne (25 km), on pourrait avoir besoin de se déplacer rapidement.

Ambiance fébrile à bord, entre tentatives de sommeil et discussions à n’en plus finir («chut!»). Nous arrivons à 8h30 dans le bourg de NDdL encore endormi. Accueillis par les bénévoles de l’ACIPA bien sur, mais aussi un accordéoniste de Beauvais (arrivé en bus lui aussi) qui entonne une sorte de chant liturgique vite repris par tous: «Notre-Dame des Landes n’a pas besoin d’avions, pour venir faire son apparition»!

DSC_7248

Puis c’est notre citoyen-poète Léon qui entonne un petit air connu («Voici le mois de mai») avec paroles adaptées à la journée bien sur(«quand on arrivera on se donn’ra la main pour dire à nos copains de Notre Dame des Landes, qu’on les aime bien, et qu’on les soutient»!). Mais bien vite, et après un arrêt au local de l’ACIPA (achat de T-shirts, autocollants, documents divers, comme «désintox: NDdL, ou les bobards du PS»), nous nous dirigeons vers les Ardinières, où le début (et la fin!) de la chaîne sont marqués d’un gros point sur la route. L’organisation est comme toujours parfaite, avec des indications à chaque carrefour des différents accés, parkings etc…, des plans de la ZAD, des bénévoles en très grand nombre. DSC_7249Ici on est loin de l’amateurisme et comme tout se passe bien on apprécie d’autant plus la gentillesse de tous. Plusieurs personnes sont épatées qu’on vienne de si loin pour eux! Après avoir «pris nos marques», et comme il nous reste beaucoup de temps avant 14 heures, notre petit groupe décide d’aller marcher un peu, histoire de visiter les «lieux emblématiques». Comme on est à pied et que les distances, ici, sont «aéroportuaires», on met 30 minutes à rejoindre «la vache rit», QG de la résistance, située en plein sur la future piste Nord de l’aéroport, où le 17 novembre des centaines de manifestants occupaient le grand hangar pour manger un morceau et discuter. Aujourd’hui, bien peu de monde à «la vache rit». Il est vrai que la ferme n’est pas sur le trajet de la chaîne. Seuls 3 zadistes sont là, prenant leur petit dèj’, et on en profite pour discuter un peu avec eux en partageant un morceau de fromage de brebis béarnais. DSC_7254Ils nous conseillent d’aller à «la chat teigne», où des maisons ont été construites le 17 novembre après les destructions policières. En sortant, on voit une magnifique maison mobile en bois. L’avant, arrondi, fait penser à la proue d’un navire. DSC_7252On est très loin du «salon du mobile home» en plastique. 30 minutes de plus et nous voilà à «la chat teigne», juste en bordure du bois de Rohanne, célèbre depuis que les gardes mobiles en ont délogé les occupantEs et cassé leurs cabanes perchées dans les arbres. Depuis la forêt n’a pas été réoccupée, car les différentes interventions policières se sont soldées par de nombreux arbres détruits, et le terrain défoncé par les roues des engins. Une pancarte «forêt fragile» en déconseille désormais l’accès.DSC_7264DSC_7263

En route vers «la chat teigne», on traverse une curieuse cépée de châtaigniers en taillis, le sol est gorgé d’eau, boueux, et on imagine sans peine la difficulté qu’il y a du y avoir à passer l’hiver ici. Les occupants ont du construire un chemin en bois sur pilotis pour y accéder! Sur place, ambiance détendue. Les cabanes sont toujours là, ça ressemble un peu à une place de village destroy, une espèce de remake d’un western où le duel final laisse le méchant étendu le nez dans la boue. Il y a même quelques indiens enveloppés dans des couvertures, des gens perchés sur le toit et buvant une bière. DSC_7271Mais il est temps de retourner aux Ardinières pour la chaîne. Surprise! Alors qu’on était encore peu nombreux tout à l’heure, la foule est maintenant impressionnante, en particulier au carrefour, où la roulotte en bois, amenée depuis « la vache rit » dépasse de la foule, encore plus semblable à un navire sur une marée humaine… Vite, tout le monde en place! La photo aérienne est prévue entre 14 et 15h, et il faut que la chaîne soit la plus régulière possible! De fait, l’ambiance est excellente, avec notre accordéoniste du matin qui reprend des chansons de Fréhel, une fanfare endiablée, un sympathique groupe acoustique anti-nucléaire, des gens qui dansent, d’autres allongés sur la route, une chorale. Je prends le vélo qu’on a apporté, et file le long de la chaîne jusqu’au bourg de Notre-Dame (2 km). Partout la chaîne est compacte, avec parfois des nœuds plus importants qui me font poser pied à terre, d’autre plus lâches, mais là c’est par manque de discipline: les gens sont assis dans l’herbe et à l’ombre! Et à plein d’endroits (comme sur la photo), la chaîne est… double, telle une hélice d’ADN qui penserait… Une fille seins nus agite un drapeau pacifiste à destination des hélicoptères (gendarmerie? médias? les 2!) au milieu d’un champs. On me demande sur la route «alors? On est nombreux?» «Ouiiii!» Quand l’ulm de l’ACIPA nous survole tout le monde crie, agite les mains. Chouette moment!DSC_7314DSC_7320

La chaîne commence alors à se défaire, et les gens se dirigent peu à peu vers «les Planchettes», où doit se poursuivre la soirée. Un immense champs nous accueille, avec 5 chapiteaux, 4 buvettes énormes, une expo des pancartes des différents comités de soutien, le «mur de photo» (les milliers de personnes qui ont accepté de poser à visage découvert avec une affiche «je dis non à l’aéroport… et vous?»), des stands de nourriture (tartines bio, galettes, plats complets etc… tout ça préparé par des restos locaux, des bénévoles, des producteurs locaux, le plus souvent avec « prix libre »). Des enfants courent partout, jouent au foot. Tout le monde a l’air heureux d’être là, fatigués pour certains (nous!) mais heureux! DSC_7371Repos dans l’herbe, dégustation des excellentes bières bretonnes proposées aux buvettes, avant que les haut parleurs des podiums se mettent en marche pour une soirée très musicale et variée (rock rageur, chanson espagnole, fest-noz,…). Vers 21h30 la fatigue et le froid nous rattrapent. On décide de nous diriger lentement vers le lieu de rendez vous. On prend un chemin de traverse à peu près sec, accompagnés par quelques personnes qui cherchent aussi leur route. En pleine forêt, un sentier sur la gauche mène à une cabane, précaire comme toutes les installations sauvages ici (il faut dire qu’ elles avaient, jusqu’à la décision du préfét d’éloigner les forces gendarmesques, une durée de vie en général très limitée). Un panneau «bienvenue» à l’entrée du chemin montre s’il en était besoin qu’on est très loin des «attention, chien méchant» de nos zones pavillonaires… Mais il est trop tard pour aller voir jusqu’à quel point l’accueil est là, alors on continue à marcher, la nuit tombant, dans ce magnifique paysage bocager, petites parcelles, magnifiques haies d’essences variées (charmes, chênes surtout, ajoncs, vestiges piquants d’un temps où le barbelé n’existait pas). Rien de spectaculaire, non, juste l’expression d’une nature, façonnée par l’Homme, mais où l’on ne sent nulle part la volonté de dominer ou d’écraser, mais bien plutôt de composer avec elle. Vinci et les élus locaux n’ont pas tout à fait la même vision des choses…

En arrivant au carrefour des Ardinières, à 2km du village de ND, on est passablement crevés, mais on est accueilli par de discrètes loupiotes et la guitare de Clapton. C’est un petit rade improvisé, 4 montants, 1 tôle en guise de toit, 1 table et 5 tabourets, un cubi de blanc, du thé chaud, des gâteaux, du jus de pomme au menu. Ce sont les habitants de la maison qui donne sur le carrefour qui ont monté ça. Ils se sont relayés toute la journée pour soutenir, et ce soir c’est leur fils et sa sœur, avec Tonton et Tatie, qui ont pris le relais. Ils nous racontent combien la présence policière a été pesante, puisqu’ils avaient une caravane tout près, et que les « forces de l’ordre » (avant on les appelait « gardiens de la paix », nuance !) ne se gênaient pas pour faire claquer les portes, parler bien fort, bien faire comprendre à tous qu’ils étaient là et qu’il n’y avait rien à dire. Ce genre de témoignage est fréquent, et les tracasseries en tout genre ont été nombreuses les mois précédents: clôtures ouvertes et bétail échappé, intimidations, contrôles à répétition, etc… Maintenant qu’ils sont partis, ce sont semble-t-il quelques durs de la ZAD qui tentent à leur tour d’embêter les habitants… Dommage que la fatigue (qui a bien dormi dans le bus?) ait eu raison de notre envie de poser plus de questions sur la vie de simples habitants dans la ZAD, de leur motivation à lutter, de ce qu’ils pensent de tout ça, l’aéroport, l’avion, l’alimentation, les terres agricoles… Mais nous revoici dans le bus pour le retour et une nouvelle nuit au sommeil pour le moins difficile.

Mais on est tous super heureux d’avoir participé à cet événement, d’avoir été unE parmi des dizaines de milliers à dire leur souhait d’un autre système, non prédateur, non axé sur le profit ou la gloriole électorale, leur souhait d’inventer ensemble des alternatives à la crise écologique, politique et sociale, leur refus d’une énormité d’un siècle passé, destructeur de tout ce qu’on devrait au contraire encourager, les alternatives, l’imagination, la lutte, la solidarité, la sauvegarde de ce qui existe encore et qui est beau et utile à tous.

Nous, on y retourne les 3 et 4 août, et vous ?

Texte: Berthe- Photos: FM

PS: en écrivant ce texte, je découvre que Radio Klaxon, la radio pirate qui émet sur la ZAD (à la même fréquence que « fréquence route », la radio de Vinci!), est disponible en streaming (adresse ici: http://stream.zad.nadir.org:8000/radio-klaxon.ogg.m3u, à priori elle n’émet pas 24h/24, en tout cas on peut l’écouter!). Quelqu’un lit le texte d’un auteur (je ne me rappelle plus qui), et termine en rappelant qu’il y a des tas de bouquins dans tous les lieux de vie de la ZAD, et encourage les auditeurs à lire, lire et lire encore! C’est aussi ça qui est surprenant là bas, et que seuls les personnes qui ont passé plusieurs jours ont pu apprécier vraiment, nous n’ayant pu que l’entrevoir: cette auto gestion qui fonctionne, bancale sans doute, houleuse aussi parfois, ne soyons pas angéliques, mais ça fonctionne, malgré la pression policière constante, malgré l’énorme disparité entre les différents groupes de zadistes (voir article paru dans « le canard enchaîné » sur la question), malgré les différences de point de vue sur les actions à mener et les messages à faire passer, comme le débat sur le slogan « contre l’aéroport et son monde » dont parle Marc dans son CR (ici). Malgré tout ça, les opposants ne faiblissent pas, car leur organisation tient debout, preuve s’il en était besoin qu’on peut inventer d’autres formes de démocraties…

DSC_7290nbCe qu’ont dit les médias de la chaîne humaine:

A lire :

Notre-Dame-des-Landes. Une chaîne humaine de 25 kms contre l’aéroport [vidéos] : http://www.ouest-france.fr/region/paysdelaloire_detail_-Notre-Dame-des-Landes.-Debut-de-la-chaine-humaine-contre-l-aeroport-%5Bvideos%5D_55257-2191403_actu.Htm

Notre-Dame-des-Landes: une chaîne humaine géante contre l’aéroport :

http://www.google.com/hostednews/afp/article/ALeqM5jDgt6IYTps2wn7gsGYJ_Q484FPjw?docId=CNG.491a79cadc2b5f05acb1805dee03a9ed.4e1

Chaîne Humaine Citoyenne pour enterrer le projet d’aéroport :

http://www.presquilegazette.net/presquilegazette-net-pages/environnement/notre-dame-des-landes/reportages/chaine-humaine-citoyenne-pour-enterrer-le-projet-d-aeroport.html


Et de très nombreux nouveaux liens sur http://www.scoop.it/t/acipa

 A voir ou écouter:

 Les sujets France2 et TF1  

http://player.canalplus.fr/#/866189

 Photos : spectaculaire chaîne d’opposants à l’aéroport de Notre-Dame-des-Landes

http://www.metrofrance.com/info/photos-spectaculaire-chaine-d-opposants-a-l-aeroport-de-notre-dame-des-landes/mmek!RwoIYCqi2NOLA/

 

France culture Terre à terre consacrera samedi 18 mai une nouvelle émission à Notre-Dame-des-Landes : http://www.franceculture.fr/emission-terre-a-terre-notre-dame-des-landes-apres-la-chaine-humaine-2013-05-18

Chaîne humaine contre l’aéroport de Notre-Dame-des-Landes : http://www.franceinfo.fr/societe/chaine-humaine-contre-l-aeroport-de-notre-dame-des-landes-984243-2013-05-11

 

1 commentaire

Classé dans AGIR, Témoignages

Palois, tarbais et commingeois dans la chaîne

Comme on tarde vraiment trop à envoyer un compte rendu détaillé de la journée de samedi dernier (mais ça va venir), voici un article paru dans « la gazette du Comminges », qui résume bien l’état d’esprit qu’il y avait là bas, et que ne renieront sûrement pas les palois qui ont aussi fait le voyage. Merci Dominique, tu as dit ce qu’on a tous ressenti!La Gazette du Comminges - 15052013

Poster un commentaire

Classé dans AGIR, Presse